Faut-il ou non limiter le sel ?

Faut-il limiter la consommation de sel ?

Les recommandations sont claires : ne mange pas trop gras, trop salé, trop sucré… Trop sucré, on est d’accord ! Trop gras n’est pas forcément un problème si les graisses sont de bonnes graisses, qu’en est-il du trop salé ? Faut-il limiter le sel ?

Savez-vous que sans sel, nous ne pourrions pas survivre ?
Le sodium est un sel minéral essentiel qui remplit des fonctions vitales, tel que l’équilibre des fluides corporels, la régulation du volume sanguin, l’activité du système nerveux et le fonctionnement normal des contractions musculaires et notamment du muscle cardiaque.

Quand le sel est évacué par les séances de sport (via la sueur), il doit être remplacé pour restaurer l’équilibre minéral. Les activités intenses sans prise de sodium peuvent faire chuter les niveaux à des taux trop bas, entraînant les symptômes de tête qui tourne, faiblesse, nausées, mal de tête et fatigue.

Un nutriment indispensable, non il ne faut pas limiter le sel

Dans des cas graves, le manque de sel peut même entraîner la mort. C’est la raison pour laquelle le sel fait partie des minéraux essentiels, qui ne peuvent être produits par le corps et que nous devons puiser dans l’alimentation.

Le sel joue donc un rôle crucial, et pourtant les recommandations nutritionnelles officielles conseillent de le limiter, en raison de ses effets possibles sur les maladies cardio-vasculaires. Il se pourrait pourtant que ces effets soient inexistants. Une méta-analyse de 2011 qui compile sept études différentes n’établit aucune preuve indiquant que réduire le sel fait baisser le risque d’accident cardiaque, vasculaire ou de décès.

Une protection contre les maladies cardio-vasculaires

Une autre étude publiée dans le Journal de l’Association Américaine Médicale, qui a suivi 3000 individus pendant 8 ans établit que le groupe qui consommait plus de sel souffrait moins de maladies cardiaques et comptait moins de décès que le groupe qui consommait le moins de sel. La limitation de sel n’est pas forcément la bonne solution. Dans le débat pour ou contre le sel, il faut sans doute prendre en compte la qualité de ce dernier.

Le sel de table est un aliment très industriel, qui contient des additifs chimiques, il est donc préférable de limiter le sel de table. Alors que le sel de mer, de la mer Celtique ou le sel de l’Himalaya (un type de roche rose qu’on trouve en Himalaya) sont des aliments bruts qui ont subi le moins de raffinement possible et ne contiennent pas d’additifs. Leur technique de séchage est naturelle et ils contiennent plus de substance minérale, dont des sels minéraux importants comme le potassium.

Manger naturel

Quand on considère les tonnes de sel industriel ajouté à la plupart des aliments industriels et raffinés, on comprend mieux les critiques adressées au sel. Mais il est important de souligner que ces critiques ne concernent pas tous les sel. Le sel de mer, le sel d’Himalaya et le sel de la mer Celtique offrent des alternatives au sel de table. On peut les trouver dans certains supermarchés et dans les magasins d’alimentation biologique.

En adoptant les sels naturels, en les consommant avec modération et en évitant les aliments industriels dénaturés qui contiennent beaucoup de sel raffiné, vous atteindrez un meilleur équilibre de sels minéraux et ferez beaucoup de bien à votre corps.

Article écrit par JAMES COLQUHOUN, FILMMAKER (FOOD MATTERS AND HUNGRY FOR CHANGE)

http://foodmatters.tv/content/what-if-salt-could-be-healthy

Recent Posts

Leave a Comment